Flying Officer Peter McCartney and Flight Lieutenant Raymond Clifford. Ridge

Last week Peter McCartney’s son shared this photo showing his father on the left and Flight Lieutenant Raymond Clifford Ridge on the right standing on the wing of their Beaufighter.

Mike had came across the 404 Squadron Website a few years ago when it was still active, and had printed out some of the pages, in particular those including references to his father.

Peter McCartney and Raymond Clifford Ridge were first referred to on that website in the account of actions on D-Day June 1944 when McCartney’s cupola was shot off.

In June 1944 they held the ranks of Flight Sergeant and Flying Officer, but by the time of their final action on 8 March 1945 they had risen to the ranks of Flying Officer and Flight Lieutenant.

Both were awarded a DFC.

Mike told me that on a technical point of accuracy, the awards of the DFC to both his father and R.C. Ridge were not posthumous; although the medals were not confirmed and received until after their deaths on 8 March 1945. They were in recognition of many actions prior to that date.

Attached is the official notification of McCartney’s award which you will see is with effect from 7th March 1945.

As Mike wrote…

The explanation of whether an award is posthumous or not is rather involved and may not be of much interest; it is just a subject Mike researched because he was confused. Attached is the announcement of the award in the London Gazette which refers to McCartney as …since deceased, and the MOD document included underneath explains that this indicates that the award is not posthumous.

I have a letter dated 22nd March 1945 to my mother from their commanding officer saying that,

…  two or three weeks prior to Peter’s going missing, I recommended both he and Cliff Ridge for the Distinguished Flying Cross.

His letter goes on to explain that because the DFC cannot be awarded to airmen “missing in action” any further announcement should not be expected in the near future. Enquiries were undertaken by the Air Ministry to ascertain whether McCartney and Ridge might be prisoners of war, and otherwise confirm their fate. It was a number of months before they were confirmed deceased and the awards of the DFC confirmed.

Finally, I attach two other photographs of Peter McCartney taken during 1944/45, and a photo of his medal.

Mike added this…

I realise that I may be over-burdening you but if I can assist further please let me know. Thank you again for your work, and I would be interested to learn your connection with the squadron.

More about Raymond Clifford RIdge here.

Remembering Flying Officer Peter McCartney DFC

RCAF 404 Squadron is all about remembering.

I have not written that much on my blog which is a ressurection of a Website created a few years ago about RCAF 404 Squadron.

Using Wayback Machine I was able to retrieve almost all the information and photos.

There was one photo that was not there. This one was shared today by the son of Flying Officer Peter McCartney seen on the left with his pilot.

Mike Miles never knew his father. He father died on March 8, 1945. This is the information I had found but never followed up on it.

Bristol Beaufighter, NV427, March 8, 1945
Pilot: Flt Lt R.C. Ridge (DFC), J/24425, RCAF, Augusville, Manitoba, Canada
Navigator: P/O P. McCartney (DFC), 187955, RAFVR, North Cheam, Surrey, United Kingdom

Aircraft target was 6 ships that were located and sheltered under high cliff walls in a narrow fjord located south of Vindspol, Midgulen, Norway. During the attack the aircraft was hit by shipborne-flak and crashed, the crew was never found and are listed as Missing in Action.

Mike Miles has shared more information about his father.

To be continued…


Remembering Flying Officer Frank Edward Pickering

Flying Officer Frank Edward Pickering needs to be remembered a little more than a name inscribed on a memorial…

https://www.veterans.gc.ca/eng/remembrance/memorials/canadian-virtual-war-memorial/detail/1804339

To be continued…

Update

Frank’s photo should appear on his memorial later when approved.

https://www.veterans.gc.ca/eng/remembrance/memorials/canadian-virtual-war-memorial/detail/1804339

Forgotten RCAF 404 Squadron Airmen – Roger Savard and Jeffrey Middleton

RCAF photo

Roger Savard (Front row centre) had Rog as a nickname with the 404. He was there on Black Friday. A lot of airmen died in that operation.

Source Internet

Rog survived the mission and was taken prisoner.

Bristol Beaufighter, NV292 EE-O
Pilot: Flying Officer J.R. Savard, RCAF, survived but was captured, P.O.W.
Navigator: Pilot Officer J. Middleton, RAF, 187929, Norwood Green, Yorkshire, U.K.

Flight Lieutenant Joseph Roger Savard landed on the ice with his aircraft on fire, probably after being hit by the Flak. The Beaufighter survived the crash, but rolled over on its back and trapped the crew. Norwegian civilians rushed to the plane, but had to retreat when German soldiers shot at them. Savard and Middleton were seen being pulled out of their plane by German Flak crews, but Pilot Officer Jeffrey Middleton was so badly wounded that he did not survive. Savard spent the rest of the war as a prisoner of war.

To be continued…
pl41053.jpg

RCAF photo

Footnote (source https://wartimes.ca/forums/viewtopic.php?t=588)

Re: R.C.A.F. No. 404 Squadron

Post by georgetanksherman » Fri Sep 14, 2018 3:31 pm

No. 404 Squadron, “Black Friday”, February 9, 1945
On 9 February 1945 the largest air-battle in WW 2 Norway was fought over this fiord. Nearly fifty British and Commonwealth anti-shipping aircraft from RAF Dallachy were engaged by twelve Fw-190’s from the Luftwaffe base at Herdla. In the ensuing battle nine Beaufighters and one Mustang were downed. The Germany convoy carrying iron ore was largely untouched. Six of the lost Beau’s were from RCAF 404 Squadron. Mentioned below.

Bristol Beaufighter, NV292 EE-O
Pilot: F/O J.R. Savard, RCAF, survived but captured, P.O.W.
Navigator: P/O. J Middleton, RAF, 187929, Norwood Green, Yorkshire, United Kingdom

F/O JR Savard made a wheels-up landing on the ice with his aircraft on fire, likely after being hit by flak. The Beaufighter survived the crash but turned upside down and trapped the crew. Norwegian civilians ran out to the aircraft but had to retreat when they were fired at by German soldiers. Savard and Middleton were seen to be pulled from their aircraft by flak crews, but Middleton was so severely wounded that he did not survive. Savard spent the rest of the war as a POW.

Bristol Beaufighter, NV422 EE-C
Pilot: F/O H.C. Lynch, J/35785, RCAF, Mallory town, Ontario, Canada
Navigator: F.O. Knight, J/36373, RCAF, Vancouver, British Columbia, Canada

Aircraft damaged, the pilot tried to land on an elevation, but the terrain makes this an impossibility. The plane breaks in half during the ensuing crash and the cockpit section slides down the hillside for more than 500 meters. Sadly, the crew did not survive in the crash.

Bristol Beaufighter, NT890 EE-F
Pilot: C. Smerneos, J/29021, RCAF,
Navigator: F.O N.D. Cochrane, J/23704, RCAF, Toronto, Ontario, Canada

Aircraft cause of loss has not been established

Bristol Beaufighter, NT922 EE-V
Pilot: P/O W.J Jackson, J/92936, RCAF, Winnipeg, Ontario, Canada
Navigator: W.E. Blunderfield, J/92165, Toronto, Ontario, Canada

P/O Blunderfield and P/O Jackson was the first of the Beaufighters to be shot down. A German narrative reports that a Fw-190 attacked from above and the Beau lost its tail, exploding on impact with the ocean. A Canadian body was later found in the water, but the identity is not known.

Bristol Beaufighter, NE761 EE-W
Pilot: F/O P.R. Myrick, J/35788, RCAF, Tilsonburg, Ontario, Canada
Navigator: P/O C.G. Berges, J/95209, RCAF, Quebec City, Quebec, Canada

Aircraft cause of loss has not been established

Bristol Beaufighter, RD136 EE-Q1
Pilot: F/O H. Smook, J/36168, RCAF, St. Malo, Manitoba, Canada
Navigator: W/O A.M. Duckworth, J/97139, RCAF, Angus, Ontario, Canada

Aircraft cause of loss has not been established

Forgotten RCAF 404 Squadron Airmen – André Lauzon and David Andrews

Photos from the collection of André Lauzon

André Lauzon

André Lauzon

Attaque_de_l'aviation

Attacking Beaufighters

Beaufighter_atteint_de_balles_2

Damage on his Beaufighter

papa et pilote 404

André Lauzon and his pilot David Andrews

papa squadron 404

André Lauzon

Papa_et_autre_aviateur

André Lauzon and his pilot David Andrews

Photo_de_grouge

 

Royal_Canadian_Air_Force

This was a comment left on the now defunct website that paid tribute to 404 Squadron. It tells us more about the exploits of André Lauzon and  his pilot David Andrews.

The 404 Squadron history web page is well presented. I was a member of the squadron from April 1943 to July 1944. The account of events on May 1, 1943 should include the name of the pilot and navigator who were David Andrews as pilot and André Lauzon as navigator. They flew Beaufighter “B”. The plane was hit by over 100 machine gun bullets. No 20mm guns were fired; the Messerschmitt pilot had obviously not engaged his guns…. This could explain why the Beau was able to return with two flat tires, the port engine leaking, no air pressure and no hydraulics.
We would appreciate it if the names of the crew were mentioned. Andrew and Lauzon both completed a 38-operation tour, which ended in July 1944.
I enclose a photo of pilot David Andrew and navigator André Lauzon, as well as a photo of B taken by myself before the Beau was towed out of the hangar.

Cérémonie hommage aux aviateurs canadiens/A Tribute to Canadian airmen

A reader sent me this link.

Bonjour,

Ci-joint le lien Youtube vers l’hommage rendu au F/O Robert Samuel FORESTELL et F/O Ian Crichton ROBBIE, morts le 8 août 1944 lors de l’attaque de quatre dragueurs de mines allemands dans le goulet de Fromentine, pointe sud de l’île de Noirmoutier dans la baie de Gascogne. Robert et Ian sont enterrés sur la commune de Barbâtre (île de Noirmoutier). Présents à la cérémonie Mme Dorothy Plunkett, fille de Ian ROBBIE et Daniel FORESTELL, neveu et filleul de Robert FORESTELL etc…

Cordialement

Michel MORACCHINI

Translation

Hello,

Attached is the Youtube link to the tribute paid to F/O Robert Samuel FORESTELL and F/O Ian Crichton ROBBIE, who died on 8 August 1944 during the attack on four German minesweepers in the Fromentine Narrows, southern tip of the island of Noirmoutier in the Bay of Biscay. Robert and Ian are buried in the town of Barbâtre (île de Noirmoutier). Present at the ceremony Mrs Dorothy Plunkett, daughter of Ian ROBBIE and Daniel FORESTELL, nephew and godchild of Robert FORESTELL etc….

Sincerely

Michel MORACCHINI

A request from Norway

We are a group interested in local history, which is active in Norway (Bremangerland). In the final phase of the Second World War 8 Beaufighter aircraft of the 455th Sqdn. (Dallachy Strike Wing) on 8.3.1945 at 16.20 attacked six ships at Vindspollen (Bremangerland, Norway). I have found some information of the Danish ferry MS Heimdal on your site, maybe perhaps you can help me with further information:

Where the ships came from – destination of the ships?

Especially we would be interested to know more about what freight the Heimdal had on board. It is reported to us that 800 – 900 German soldiers were on board, other sources say that the ship had prisoners of war on board. It should also have given only one survivor of the attack.

We would be very happy if you could help us. If you are unable to do so, we would be grateful to refer you to an institution that could possibly help us.

Thank you very much for your interest!

Sincerely, from Norway

Hardy Michel

The Fallen (post in progress)

Updated 13 June 2020


The archived 404squadron.com website had listed the Fallen.

I will be adding images along the way.


404Sqn(KingsCrown19391952)NoBackgroundcopy

The Fallen

 

Adams Aubrey Abram J/5700 Flight Lieutenant 6 May 1944 Pilot

 

Abram Aubrey Adams

6 May 1944 Adams and Pickering

Adamson John William R/116130 WO2 14 October 1943 Pilot

 

John William Adamson

Aljoe Lorne Raymond J/28525 Flying Officer 24 March 1945 Pilot

 

Lorne Raymond Aljoe 2

Lorne Raymond Aljoe

Lorne Raymond Aljoe report 1

Lorne Raymond Aljoe report 2
Lorne Raymond Aljoe report 3
Lorne Raymond Aljoe report 4

Lorne Raymond Aljoe and navigator

Allen Edward Glenelg 975744 Sgt 2-Sep-41 WAG RAF

 

No information

 

Armour William Douglas J/16462 Flying Officer 23 March 1944 Pilot

 

William Douglas Armour

 

.

William Douglas Armour accident

 

Baker Earle Edward J/85766 Pilot Officer 12 August 1944 Navigator

 

Earle Edward Baker

Earle Edward Baker accident report

Earle Edward Baker accident

Barber Irvine Alfred Maxwell R/77034 Sgt 19 October 1941 Pilot

 

Berges Claude Gerald J/95209 Pilot Officer 9 February 1945 Navigator

 

Source CVWM

 

Blunderfield William Edward J/92165 P/O 9-Feb-45 Navigator

 

Blyth John William J/17657 F/O 7-Jul-44 P

 

Brockington George Stanley R/75725 F/Sgt 12-Jun-42 P

 

Brown Charles Douglas Grant R/67587 F/Sgt 21-Feb-42 P

 

Campbell Douglas William R/74710 F/Sgt 16-Jun-42 WAG

 

Christison, DFC and Bar William Ritchie J/15143 S/L 24 March 1945 Pilot

Christison

 

Clapperton Thomas 1341877 AC2 1-Nov-41 Clk/GD

 

Clark David Marshall 989572 AC1 1-Feb-42 ACH/GD

 

Cochrane Norman Douglas J/35704 F/O 9-Feb-45 Navigator

 

Colwell Robert Edwin R/70810 Cpl 7-Jul-44 AFM

 

Conn William Bruce 51883 F/O 22-Dec-43 O

 

Cooper Arthur Kenneth J/36135 F/O 9-Dec-44 P

 

Coy Thomas William 992775 Sgt 21-Feb-42 WAG

 

Dale William Edward R/72360 Sgt 2-Sep-41 P

 

Dale Gordon James R/96848 F/Sgt 4-Aug-43 P

 

Davey Ernest Raymond J/23767 F/O 2-Oct-44 P

 

Decloux Marcel Auguste J/14440 Flying Officer 16 January 1944 Pilot

Decloux

Marcel Decloux

Source CVWM

UK7395

RCAF image

Marcel Decloux is in the middle of the back row.

ORB Decloux

 

Devine William Douglas Mathew J/13987 F/O 30-Mar-44 N

 

Dixon James Alonzo 32004 W/C 13-Jul-42 P

 

Dixon John Askew Chartres J/23433 F/O 24-Jan-44 P

 

Duckitt Harold Wood 151031 F/O 8-Dec-43 N

 

Duckworth Alan Murray J/93719 P/O 9-Feb-45 N

 

Dunbar William Frederick 1351752 AC1 16-Jun-42 Tech

 

Dunlop John George J/4754 P/O 15-Nov-41 P

 

Elder John Burleigh 922231 Sgt 7-Dec-42 N

 

Ensom John Victor J/17054 P/O 7-Dec-42 P

 

Evans William Luxmoore 131012 F/O 14-Jan-44 N

 

Ferrier Erwin John Marr R/56640 Cpl 7-Sep-43 Fitter IE

 

Field Robert Charles J/10498 F/O 26-Mar-43 P

 

Flannery Seth James C/13460 F/O 1-May-43 P

 

Forestell Robert Samuel J/24962 F/O 8-Aug-44 P

 

Foster Philip Herbert 87408 S/L 26-May-42 P

 

Gilhespy John 151027 F/O 14-Jan-44 N

 

Gillam Ernest 746755 F/Sgt 19-Oct-41 O

 

Gillespie Ian George J/14698 F/O 22-Dec-43 P

 

Glendinning James Edgar 151029 F/O 22-Dec-43 N

 

Gray Thomas Alexander 1371299 AC1 1-Nov-41 ACH/GD

 

Gregory StanleyLeslie 1238538 AC2 8-Jan-42 FME

 

Hanway, AFC James Albert J/5986 S/L 26-Aug-44 P

 

Heavner John William R/83209 WO1 12-Aug-44 P

 

Hedefine Thomas Edward 986613 Sgt 5-Nov-41 O

 

Horne James Harper Greig 132715 F/O 17-Nov-43 N

 

Hunt Norman Boulton J/19500 P/O 14-Jan-44 P

 

Jackson William James J/92936 P/O 9-Feb-45 P

 

Jamieson John Murray R/58352 F/Sgt 26-May-42 WAG

 

Joiner StanleyGeorge 136380 F/O 14-Jan-44 N

 

Josephson Svein J/18495 P/O 3-Sep-43 P

 

Keefe, DFC Ernest James J/14117 F/O 28-Jun-44 P

 

Kent Frederick Alan 131495 F/L 30-Mar-44 N

 

Knight Oswald Wellington J/36373 F/O 9-Feb-45 N

 

Lalonde Joseph Moise Gaston J/18455 P/O 4-Jul-43 N

 

Leighton Robert Frederick R/74598 F/Sgt 1-Nov-41 P

 

Leitch Norman 1096133 AC2 1-Feb-42 Inst Rep

 

Long Norman Earl J/20615 F/O 17-Nov-43 P

 

Long George Albert J/15704 F/L 2-Oct-44 P

 

Lynch Hugh Charles J/35785 F/O 9-Feb-45 P

 

MacKay James Garfield R/54293 F/Sgt 5-Nov-41 P

 

Mair James Irvine R/92048 Sgt 16-Jun-42 P

 

McCarthy Thomas Francis 751520 F/Sgt 6-Oct-42 O

 

McCartney, DFC Peter 187955 P/O 8-Mar-45 N

 

McCruden Robert James J/21389 F/O 16-Nov-43 P

 

McKinlay Leslie White 567698 Cpl 2-Sep-41 Fitter

 

Middleton Jeffrey 187929 F/O 9-Feb-45 N

 

Moller James Dallas 1182841 Sgt 12-Jun-42 WAG

 

Morrow Edgar James R/78377 F/Sgt 23-May-42 P

 

Munro Roy J/6022 F/L 22-Dec-43 P

 

Myrick Philip Rex J/35788 F/O 9-Feb-45 P

 

Oliver James Henry R/64236 F/Sgt 21-Feb-42 O

 

Orser Clayton Earl J/95471 P/O 24-Mar-45 N

Lorne Raymond Aljoe and navigator

 

Owens John Desmond 1324038 Sgt 16-Nov-43 N

 

Patterson John Howard J/15840 P/O 6-Oct-42 P

 

Payne Michael Freeling 132877 F/O 26-Aug-44 N

 

Pearce William John 755517 F/Sgt 5-Nov-41 WAG

 

Pearce Eric 1459222 Sgt 24-Jan-44 N

 

Pickering Frank Edward J/14795 F/O 6-May-44 N

img033

Pickering May 1944-1

Pickering May 1944-2Pickering May 1944-3

Pickering May 1944-4

Pickering May 1944-5

Pickering May 1944-6

Pickering May 1944-7

6 May 1944 Adams and Pickering

Pike Samuel Edward 656495 Sgt 5-Dec-42 N

 

Prest Robert Hardwick R/99704 WO2 14-Oct-43 N

 

Riddell Keith Emerson R/108478 WO2 4-Aug-43 N

 

Ridge, DFC Raymond Clifford J/24425 F/L 8-Mar-45 P

 

Robbie Ian Crichton J/17247 F/O 8-Aug-44 N

 

Robinson Victor Thomas J/8210 F/L 30-Mar-44 P

 

Robinson Louis Eber Eldred J/24546 F/O 2-Oct-44 N

 

Rumbel James Rudolph J/13741 F/O 4-Jul-43 P

 

Sallis Anthony Charles 1180389 Sgt 13-Jul-42 O

 

Seward Gordon Llewellyn R/105558 Sgt 3-Sep-43 N

 

Shaw Joseph 946427 Sgt 19-Oct-41 WAG

 

Smerneos Charles J/29021 F/O 9-Feb-45 P

 

Smith Charles Frederick J/95442 P/O 9-Dec-44 N

 

Smook Harry J/36168 F/O 9-Feb-45 P

 

Steed Beecham Isaac Gordon J/85990 P/O 28-Jun-44 N

 

Stephens Edward 1586082 Sgt 23-Mar-44 N

 

Stickel Frederick Martin J/26279 F/O 2-Oct-44 N

 

Taylor Norman J/18679 P/O 5-Dec-42 P

 

Taylor Clive Ford 1130288 Sgt 26-Mar-43 WAG

 

Taylor Charles Hugh J/9905 F/L 14-Sep-44 N

 

Thomas Lloyd George Dennis J/15219 P/O 23-May-42 WAG

 

Tinsley Reginald George 1258914 Sgt 6-Oct-42 WAG

 

Toon, DFC Frederick John 131939 F/L 24-Mar-45 N

 

Turner Darl Neilson J/11583 F/O 8-Dec-43 P

 

Tustin William Albert J/28580 F/O 6-Mar-45 P

 

Wettlaufer John William J/93696 P/O 6-Mar-45 N

 

White William Oswald 1109871 Sgt 23-May-42 WAG

 

Wilkie William J/22219 F/O 14-Jan-44 P

 

Woolhouse Albert Edgar R/91111 Cpl 3-Sep-43 Fitter IE

 

Wright Bruce John J/11185 F/O 1-May-43 O

Le lieutenant d’aviation Allan Bundy : Premier pilote Noir de l’ARC

Source

Les Ailes d’Époque du Canada (English version)

Février est le Mois de l’histoire des Noirs au Canada. Quoi de mieux pour faire connaître ce que les Noirs canadiens ont accompli malgré l’intolérance et la répression, pour relater l’histoire du courageux homme qui a été le premier pilote de combat noir de l’Aviation royale canadienne.

Et quelle histoire!

Par Jim Bates and Dave O’Malley, avec le Major Mathias Joost et Terry Higgins

La plupart de ceux qui ont étudié l’histoire de l’aviation, et même l’histoire de l’Amérique du Nord, ont entendu parler des célèbres aviateurs de Tuskegee des États-Unis et de leur combat acharné pour obtenir la simple autorisation de participer aux missions de combat aux côtés des pilotes de combat blancs de la force aérienne américaine. Peu de personnes savent pourtant qu’un pilote noir canadien a mené des opérations auprès de l’Aviation royale canadienne en Europe, dans un escadron intégré de front. Ce pilote était le lieutenant d’aviation Allan S. Bundy et son unité, le 404e Escadron de l’ARC (appelé « les Bisons », en raison de l’image sur l’insigne de l’escadron); il pilotait le chasseur d’attaque côtière lourdement armé Beaufighter (Bristol) et ultérieurement, le Mosquito (de Havilland).

En faisant une recherche sur Internet sur Bundy et ses collègues aviateurs noirs de la Seconde Guerre mondiale, on trouve différents récits d’une authenticité douteuse sur les premiers aviateurs noirs du Canada. Probablement tirés de souvenirs d’un parent, ces récits souvent embellis n’ont rien à voir avec le contenu des dossiers militaires, des registres des escadrons et avec les politiques, traditions et processus de l’ARC. La meilleure façon de rendre hommage à ces héroïques pionniers consiste à présenter les faits avec autant d’exactitude que possible. Il existe une confusion certaine (oxymoron?) quant au statut de « premier » qu’on peut attribuer à Bundy. Certains affirment qu’il a été le premier homme noir de l’ARC, d’autres, le premier officier noir et d’autres encore, le premier aviateur de combat noir ou le premier pilote de combat noir.

Les recherches méticuleuses faites par Jim Bates, Mathias Joost et Terry Higgins ont toutefois permis de confirmer certains faits. Bundy n’a pas été le premier aviateur noir de l’ARC; cet honneur revient plutôt à des hommes tels qu’Eric V. Watts et Gerald Bell. Il n’a pas été non plus le premier Noir à obtenir une commission d’officier de l’ARC – cet accomplissement a été celui du sous-lieutenant d’aviation Tarrance Freeman, de Windsor, en Ontario, qui a obtenu sa commission le 9 juillet 1943. Et il n’a pas été le premier aviateur de combat noir puisque c’est plutôt un Canadien de la Royal Air Force (RAF) qui l’a été. Mais ce dont nous sommes certains, c’est qu’il a été le premier pilote noir canadien de l’ARC : son dossier de combat en est la preuve.

Celui qui a abattu cette importante barrière raciale, Allan Selwyn Bundy, est né en 1920 à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, en face du port d’Halifax, où vivait la majeure partie de la population noire du Canada au début du XXe siècle. Son père, William Henry Bundy, avait servi au sein du Bataillon de construction no 2 durant la Première Guerre mondiale, à une époque où les Noirs n’étaient autorisés qu’à s’enrôler dans les unités de service, de transport ou de travail manuel. Allan Bundy avait deux frères, Carl et Milton, ainsi qu’une sœur, Lilian. La famille s’intéressait beaucoup à l’aviation : outre le service d’Allan dans l’ARC, Carl ira grossir les rangs de la Force aérienne en 1943 et le cadet, Milton, trop jeune pour le service durant la guerre, était membre de l’Escadron no 18 des Cadets de l’Aviation royale du Canada à Dartmouth.

Bundy et ses frères sont des champions de l’athlétisme à l’école secondaire. Allan est également un excellent étudiant qui ne recule pas devant le travail. Titulaire d’une bourse d’études de l’Ordre impérial des filles de l’Empire, il fréquente l’université Dalhousie, à Halifax, où il étudie la chimie et continue d’exceller dans les sports. Dans un article du Toronto Star paru en 1943, au sujet de ce premier pilote militaire noir, il affirme vouloir devenir médecin, mais dans le même article, il poursuit en disant que si le pilotage lui sourit, il « abandonnera l’idée de la médecine ».

Durant la Seconde Guerre mondiale, à l’instar de bien d’autres Canadiens, il veut servir et combattre pour son pays. Toutefois, lors d’une visite au bureau de recrutement de la Force aérienne d’Halifax, son ami blanc qui l’accompagne, « Soupy » Cambpell, est accepté dans l’ARC, alors que Bundy est refusé sans explication satisfaisante. Bundy croit qu’il s’agit d’une initiative personnelle de la part d’un recruteur raciste. Par ailleurs, le centre de recrutement d’Halifax a la réputation de rejeter les Noirs qui souhaitent s’enrôler dans l’ARC ou les autres armes. Pourtant, ce refus est davantage le fruit d’une politique raciste sournoise à l’échelle de l’ARC de l’époque, consistant à empêcher les Noirs de servir au sein du personnel navigant. Avant le 31 mars 1942, l’ARC avait pour politique de refuser l’enrôlement des membres de minorités visibles au sein du personnel navigant, voire dans les groupes professionnels associés au soutien des appareils, comme les techniciens de cellules ou les mécaniciens de moteur d’avion. Les membres de minorités visibles n’étaient admis que dans les métiers de service général : cuisinier, chauffeur, commis, ouvrier. Lors de sa première tentative d’enrôlement, Bundy aurait pu être accepté pour le service général. Le refus de lui accorder un poste de pilote ou d’aviateur n’est pas attribuable à la décision de l’officier de recrutement, mais bien à la politique en vigueur à l’époque.

Environ un an plus tard, Bundy fait fi d’un avis de service obligatoire de l’Armée de terre, ce qui lui vaut la visite d’un officier de la GRC. Dans un article du Toronto Star paru en 1997, Bundy mentionne : « Je lui ai dit que j’avais voulu m’enrôler dans la Force aérienne en 1939 et que si la balle qui devait me tuer n’était pas assez bonne pour la Force aérienne, elle n’était pas assez bonne pour l’Armée de terre et qu’il pouvait bien m’arrêter s’il voulait. » C’est sûrement suffisant pour convaincre l’officier de la GRC, puisqu’il ne l’arrête pas. Même après le changement de la politique pour permettre aux Noirs de s’enrôler à titre d’aviateurs, certains officiers de recrutement du Canada font la vie dure aux membres des minorités visibles qui souhaitent s’enrôler. Quand Bundy est enfin accepté, c’est que la politique a changé et que l’officier de recrutement fait son travail correctement.

Après son enrôlement, on lui accorde quelques semaines de congé, faute de places libres immédiatement à l’entraînement. En juillet 1942, il est assigné au Dépôt des effectifs no 5 à Lachine, au Québec, en vue d’une initiation au service dans l’ARC. Après le Dépôt des effectifs, il est envoyé à la formation des pilotes à l’École élémentaire de pilotage no 9, à St. Catharines, en Ontario. C’est à cet endroit qu’il effectue son premier vol en solo sur le Tiger Moth. Il passe ensuite à l’entraînement sur le Harvard, un appareil plus puissant, à l’École de pilotage militaire no 14, à Aylmer, en Ontario, au cœur d’un secteur agricole. Il est reçu pilote et obtient sa commission de sous-lieutenant d’aviation le 3 septembre 1943. Bundy était sûrement un étudiant brillant et un excellent pilote, puisque seuls les meilleurs diplômés obtenaient une commission. Compte tenu de l’attitude générale à l’égard des Noirs, même au Canada, il était sûrement extrêmement doué pour obtenir une commission dès la fin de l’entraînement.

Ce pilote nouvellement reçu et officier de l’ARC à la peau noire et au corps athlétique a sûrement fière allure quand il déambule dans les rues de Toronto dans l’uniforme bleu. Il est ensuite affecté à l’École de reconnaissance générale (ERG) no 1 à Summerside, à l’Île-du-Prince-Edward, afin de poursuivre sa formation. L’ERG no 1 offre aux pilotes une formation de neuf semaines et aux navigateurs, un entraînement de quatre semaines sur les opérations à long rayon d’action au-dessus de la mer et dans les régions littorales. Les premiers étudiants volent à bord du bimoteur Avro Anson Mark I, qui sera graduellement remplacé par le Mark V. Plus de 6000 aviateurs ont été formés à l’ERG no 1 durant la guerre. La plupart des diplômés étaient affectés au Commandement de l’aviation côtière, qui utilisait pratiquement tous les types d’appareils servant à la lutte anti-sous-marine. Bundy, comme presque tous les diplômés de l’ERG no 1, se destine aux tâches côtières, mais en Europe. Après Summerside, il est affecté outre-mer le 11 décembre 1943.

À son arrivée en Grande-Bretagne, il se présente au Centre d’accueil du personnel à Bournemouth. Il est ensuite envoyé à l’unité de vol avancée et de là, à une unité d’entraînement opérationnel (UEO) au Beaufighter, probablement l’UEO no 132, compte tenu de son éventuelle affectation. Avec ses Beaufort et ses Beaufighter, à l’époque, l’UEO no 132 était chargée de former le personnel naviguant des chasseurs à long rayon d’action et d’attaque. En juillet 1943, l’entraînement s’étend aux équipages complets et comprend désormais les torpilleurs et les bombardiers en piqué. Après examen des registres, le Major Mathias Joost, historien au ministère de la Défense nationale, précise : « Il semble avoir été promu au grade de lieutenant d’aviation le 5 août 1944, mais je ne suis pas certain du mois, car les registres sont de piètre qualité. » Le fait que Bundy ait été promu à l’UEO avant son arrivée à l’escadron en dit long sur l’homme et ses aptitudes, ainsi que sur celui qui lui a accordé la promotion.

On croit que les équipages d’attaque – pilotes et navigateurs – étaient constitués à l’UEO Beaufighter avant l’affectation définitive à un escadron. Lorsqu’il termine sa formation de conversion de type et de spécialisation, Bundy est informé qu’aucun des navigateurs blancs ne veut voler avec lui. Voilà qui pose problème, puisque l’étape suivante du programme aux UEO d’attaque de l’époque consiste à jumeler pilotes et navigateurs pour en faire des équipages complets avant de les envoyer dans les escadrons opérationnels. Bundy n’a donc d’autre option qu’une mutation dans un escadron de chasseurs. Pendant que Bundy attend sa mutation, toutefois, le sergent de section Elwood Cecil « Lefty » Wright accepte d’être son navigateur.

Les Beaufighter sont de véritables appareils à deux places, le pilote et le navigateur formant une équipe. Le sergent de section Wright, qui s’est enrôlé à Galt, en Ontario, le 20 avril 1940, a été choisi pour la formation de radio-mitrailleur. Après avoir obtenu son diplôme de radio-mitrailleur, il est sélectionné à titre d’instructeur du Programme d’entraînement aérien du Commonwealth britannique jusqu’à l’acceptation de sa demande d’affectation comme navigateur. Il commence alors sa formation à l’École d’observation aérienne no 5, à Winnipeg, le 10 mai 1943. Il est envoyé outre-mer le 29 octobre 1943 après avoir terminé sa formation. Lorsqu’il rencontre Bundy, il est sergent de section, mais il obtiendra sa commission de sous‑lieutenant d’aviation le 14 octobre 1944 et sera promu au grade de lieutenant d’aviation le 14 avril 1945.

Le lieutenant d’aviation Bundy et le sergent de section Wright arrivent au 404e Escadron, avec un autre équipage de leur UEO, le 7 septembre 1944. Ils sont déclarés prêts au plan opérationnel le 8 octobre et effectuent leur première opération anti-navigation le 15 octobre près de Kristiansand, en Norvège. Lors de l’opération du 15 octobre, Bundy et Wright contribuent, avec l’escadron, au naufrage de deux navires ennemis en Norvège. Cette opération est la première de 42 ou 43 (selon les sources) auxquelles prennent part Bundy et Wright à bord des Beaufighter du 404e Escadron et ultérieurement des Mosquito, depuis Banff et Dallachy, en Écosse. Le 7 septembre 1944, Bundy et Wright, à bord du Beaufighter NE800 « EE-N », prennent part à une attaque en Norvège à laquelle répliquent 25 appareils Fw190 et Bf109 allemands. Les Mustang d’escorte parviennent à détourner les attaquants, mais l’opération est abandonnée et tous les membres du 404e Escadron rentrent à la base, un seul des navigateurs ayant subi des blessures mineures.

Le lieutenant d’aviation Bundy effectuera de nombreuses autres opérations couronnées de succès à bord du Beaufighter et du Mosquito, depuis le Nord-Est de l’Écosse, interdisant la navigation ennemie le long de la côte norvégienne. L’engagement de Bundy montre bien que son rôle n’était aucunement symbolique; il était membre à part entière de l’un des escadrons les plus respectés du Canada. À l’escadron, le courage et le professionnalisme l’emportent sur le statut social, la race ou la religion.

Un autre membre d’une minorité visible du 404e Escadron, le Sino-Canadien Ed Lee, faisait partie de l’équipage au sol pendant la période de service de Bundy à l’Escadron. Lee et Bundy se sont croisés à l’Escadron, mais ce n’est qu’après la guerre qu’ils ont tissé des liens d’amitié. D’après les souvenirs de Lee, il n’a vécu que très peu de racisme « grave » une fois arrivé à l’Escadron. Il a subi quelques incidents lors de son enrôlement au Canada, un peu comme Allan Bundy, mais une fois arrivé à l’étranger, « rien qu’on ne peut affronter avec un peu d’humour ou une bonne dose de bellicisme ».

Après avoir demandé à Lee de fouiller dans ses souvenirs au sujet de Bundy, Terri Higgins en livre une partie : « Ed se souvient que Bundy semblait bien se débrouiller à l’escadron, qu’il n’avait pas de difficultés; en fait il était bien accueilli et fréquentait le mess des officiers sans que cela ne crée d’aversion (ce qu’aurait pu supposer un climat de racisme). Selon toute apparence, lui et Wright formaient une équipe respectée et professionnelle à tous les égards. Du point de vue éloigné d’un chef d’équipe au sol, Lee n’a pas de souvenir d’une amitié particulièrement étroite entre ces deux hommes (il ne faut pas oublier qu’ils sont arrivés de l’UEO, l’un à titre de lieutenant d’aviation et l’autre de militaire du rang); il se souvient surtout qu’ils formaient une bonne équipe professionnelle (comme le laisse également penser la longévité de leur partenariat aérien). Ed mentionne que s’il y avait eu quelque problème que ce soit, il en aurait été question dans ses conversations avec son ami Bundy après la guerre. »

Higgins a bien des amis qui ont servi avec les Bisons, dont le technicien en électricité, Grant Mountain. D’après ses discussions avec ce dernier, Higgins mentionne que l’ancien technicien se souvient de Bundy (avec qui il a eu peu de contacts directs) comme d’un « hot dog » (selon ce que cela signifiait dans le jargon de l’époque) et d’un homme vif d’esprit.

La dernière mission d’Allan Bundy, en 1945, marque la fin de ses vols opérationnels. Il rentre au Canada avec l’intention de s’installer à Toronto. Il retourne à la maison en juillet 1945 et est libéré du service le 17 août de la même année. Comme tous ses collègues de l’Escadron, il a offert un service exemplaire, mais il a également contribué à briser le mythe selon lequel les Noirs n’étaint pas aptes aux opérations aériennes de combat.

Allan Bundy a vécu une terrible tragédie familiale en décembre 1950, quand son père et son jeune frère, Milton, sont morts dans le tristement célèbre et désastreux incendie du magasin Kay’s à Halifax. L’article nécrologique paru dans l’Halifax Mail Star soulignait tout le respect que la collectivité d’Halifax avait pour la famille Bundy : « William Henry Bundy, âgé de 51 ans et résidant au 118, Creighton Street, un vétéran blessé de la Première Guerre mondiale, était bien connu à Halifax comme à Dartmouth. Il était grandement respecté pour ses principes chrétiens. Il a résidé antérieurement sur Crichton Ave et à Cherrybrook, en banlieue de Dartmouth. M. Bundy et son fils cadet, Milton, avaient décidé de ne pas souper à la maison et d’aller ouvrir un compte au magasin Kay’s, au centre-ville. Pendant quelques années, M. Bundy a été pompier au ministère de la Défense nationale et il s’occupait du magasin du Génie royal canadien sur Young St. Son fil ainé, Allan, était un athlète exceptionnel à l’école secondaire de Dartmouth et à l’université Dalhousie. Allan a été le premier Noir à obtenir une commission d’officier dans l’Aviation royale canadienne, durant la Seconde Guerre mondiale. Carl, un autre des fils de M. Bundy, a également servi dans la Force aérienne. M. Bundy laisse dans le deuil une fille, Lilian, résidant au 208, Creighton St., et deux fils, Carl, du 208, Creighton St. et Allan, qui vit à Toronto; tous deux étaient des athlètes bien connus durant leurs années d’études à Dartmouth. Allan a été le premier officier de sa race à servir outre-mer auprès de l’ARC, durant la Seconde Guerre mondiale. M. Bundy laisse également dans le deuil trois sœurs, Susie Smith, de Preston; Lilian Turner, d’Halifax et Lena Grosse, de Boston.

Milton Bundy, âgé de 21 ans, résidant au 118, Creighton St., a perdu la vie dans l’incendie avec son père. Il travaillait depuis quelques années à l’hôpital général Victoria. Pendant ses études à Dartmouth, il était un athlète respecté. Il avait été membre de l’Escadron no 18 des Cadets de l’Air de Dartmouth. Les funérailles des deux membres de la famille Bundy seront célébrées en même temps, et ils seront inhumés au cimetière Camp Hill. Le rév. W. P. Oliver, de l’église baptiste de Cornwallis St. sera le célébrant. » [Traduction] (Tiré du Halifax Mail Star du vendredi 1er décembre 1950, page 6.)

Comme tous les autres membres de l’Escadron, Allan Bundy aura toujours conservé de bons souvenirs de ses années de vol avec les « Bisons », ainsi qu’une profonde nostalgie des jours exaltants à survoler les côtes escarpées de l’Écosse et de la Scandinavie. En 1997, dans un article du Toronto Star, il affirmait : « Je m’endors tous les soirs aux commandes d’un Beaufighter. Je décolle et j’atterris toutes les nuits. À l’époque, j’étais mort de peur, mais j’adorais ça. »

Allan Bundy s’est éteint le 9 décembre 2001 à Toronto.

Note

Cet article a été publié à l’origine sur le site Web des Ailes d’époque du Canada. Sa traduction et sa reproduction sont autorisées.